Alice raconte sa rencontre avec BJA à Paris


Cette semaine, Alice, une fan française, a eu la chance de croiser Billie Joe dans les rues de Paris et de discuter avec lui pendant un quart d’heure. Elle nous raconte cette rencontre !


Pour être claire, mercredi (29 août) il m’est arrivé le truc le plus géant de ma vie, soit passer quelques temps avec billie joe armstrong dans paris. Je m’explique plus en détails.

Sur les photos des fans rencontrant billie joe (je n’ai pas vu de photo w/ mike ou tré) devant l’hôtel, ils avaient cachés le nom de la rue. J’en étais pas énervée puisque je ne comptais pas faire comme eux, pour moi attendre devant leur hôtel étant particulièrement impoli et pas forcément agréable pour les guys. Cependant, en voyant le coiffeur de la rue d’en face sur la photo, j’ai facilement reconnu l’hôtel, dans mon quartier. Cela lundi ou mardi, je sais plus trop. Bon, je n’avais pas dans l’idée d’aller les espionner mais j’avais envie -en allant chez moi mercredi midi- de passer devant l’hôtel, « pour le trip », histoire de me dire qu’ils avaient été là quelques jours plus tôt. Un peu idiot je vous l’accorde, en plus j’étais sûre qu’ils étaient partis vu qu’ils jouaient en allemagne le soir même !

Mercredi 29, vers midi-13h: je prends le métro, marche un peu et arrive en bas de la rue de l’hôtel. Je marche devant celui-ci sans m’arrêter. A ce moment, je me dis « bon c’est bon Alice, c’était idiot maintenant dégage. » Mais une petite part de moi est tentée de repasser, sans trop savoir pourquoi. Je me trouve ridicule mais redescend la rue et repasse devant l’hôtel quand même. Et juste après avoir dépassé celui-ci, je croise un type dont la tête me dit fortement quelque chose. Jason White. J’ai à peine le temps de réagir ni même de réaliser qu’il est déjà rentré dans l’hôtel. Je comprends donc que ça veut dire qu’ils sont encore là. Je me promets de ne pas rester à attendre et traverse la rue, histoire de rester une ou deux minutes pour réaliser qui je viens de voir ainsi que me persuader que je ne vais sûrement voir personne d’autre. Mais après à peine 30 secondes d’attente, je vois un petit gars sortir de l’hôtel. Des lunettes, un béret, des converses noires et une allure vestimentaire que j’aurais reconnus à 50km en une seconde. Billie Joe. Marchant dans la rue, juste devant moi. J’ai à peine le temps de me convaincre de prendre mon courage à deux mains que je suis déjà en train de rapidement traverser la rue. Il est alors au coin de la rue de l’hôtel et d’une avenue perpendiculaire, proche, regardant son iPhone. Je prends ma respiration et c’est là que ça commence.

“Excuse-me… *il se retourne* sorry but your billie joe armstrong, right?

– Ah, yep !

– Wow, euhm I’m a huge green day fan ahem, It’s so weird but awesome meeting you euh, I don’t want to be annoying ahem..  »

Quelque chose comme ça, j’avais du mal à faire une phrase correcte, tellement j’étais intimidée. Il voit bien que je patine et me tends la main:

« Nice to meet you! » On se sert la main, et je reprends un peu plus confiance en moi.

– Nice for me too ! i’m not asking for a photo but you think you could sign anything for me?

– Ah, sure, you got a pen?

– Yep.”

Je cherche donc un papier et un crayon dans mon sac. Stressée et excitée, je ne trouve rien pendant qu’il est toujours sur son iPhone. Tout à coup, il me demande si je sais où il pourrait trouver un café dans le coin. Je lui dis que je ne sais pas précisément et lui demande pourquoi. Il me répond qu’il cherche ses amis, qui lui ont dit être dans un café proche de l’hôtel. « They may be on the champs-élysées then. » je réponds. Il marmonne quelque chose comme « yes, hm, they told something like « champs ».. hm, right ». Je trouve enfin un crayon et un papier (ma place pour le concert de dylan, je n’ai rien trouvé de plus logique) quand il me sort : « well come walk with me, okay? » J’ai à peine le temps d’acquiescer qu’il se met en route et je le suis dans la seconde.

Pour rejoindre les champs, il nous suffit de monter une avenue et pendant ce temps j’arrive à rester calme et entraîner la conversation. Je ne me souviens pas vraiment de comment celle-ci commence mais je lui parle du fait que je fais de la musique. Il m’écoute, en me répondant brièvement style « oh, cool » et se met à me poser quelques questions. “So you’re a student? You live at your parent’s?”

Je suis déjà plus que réjouie à ce moment mais ce n’est pas fini. On arrive finalement aux champs-élysées. BJ décide de remonter l’avenue, je le laisse faire et le suis bien que surprise vu qu’il sait à peine où il est. Juste avant d’arriver en haut de l’avenue, je lui demande :

“So you really don’t know where they are?

– Nah, but that’s alright, I don’t really need to find my friends anymore. Let’s just have a walk around.”

Cette réponse me laisse pantoise, j’explose à l’intérieur et à l’extérieur me contente de timidement répondre « oh okay, cool. »

Nous tournons et nous remettons à parler en marchant. On parle un peu de paris (il me demande si c’est bien de grandir ici et me dis qu’il trouve la ville très belle). Il a vu mon billet de dylan donc me sort « oh you’ve seen dylan live? » et je lui raconte un peu, puis lui dit qu’ils (green day) sont sûrement le meilleur groupe que j’ai vu en live, avec springsteen et son e street band. Je lui demande s’ils ne sont pas fatigués avec des séries de concerts comme ça “oh yes, but well.. it’s cool playing shows! » me répond-il. Je lui dis que je les ai vu à RES dimanche et il me répond « oh yes that was a very funny show ». Il me demande ensuite si j’ai vu les black keys à RES samedi, je lui répond que oui et lui explique que je n’ai pas trouvé ça génial bien qu’ils soient doués. J’enchaîne alors sur noel gallagher et raconte quand celui-ci avait sorti sur scène « have I been the best so far ? sure I have been! », ce qui faire rire Billie Joe. On évoque beady eye, il me dit qu’il trouve que : « it kind of sounds like the beatles but well..” Je lui réponds que je comprends ce qu’il veut dire, beady eye faisant partie de ces groupes anglais qui ressemble un peu à des « fake beatles » et il acquiesce.

Après plusieurs minutes, on réalise qu’on ne sait plus trop où l’on est, même moi. Je lui demande s’il veut retrouver la direction de l’hôtel, « why not » il répond et je lui dis donc qu’il faudrait retrouver les champs-élysées. “Oh here’s the main street again.” lance-t-il quand nous y arrivons. Nous retrouvons l’avenue qui descend à l’hôtel et la prenons. Pendant ce temps, il continue à envoyer des sms à ses amis mais en les dictant plutôt qu’en les écrivant. “Must be fun” je lui dis. “Oh well, that’s easier when you walk, I don’t want to be hit by a car.” (ce qu’il m’avait évité d’ailleurs quelques minutes avant x)) je réponds: “oh yeah. lots of people would be sad.” Ce qui le fait rire. Cynisme, peut-être? Il me raconte aussi qu’il a eu une gueule de bois terrible la veille (mardi 28) et qu’il était d’une humeur détestable ainsi que (aucun lien) ses amis ne cessent de l’interroger sur le nouveau clip. (je pensais alors qu’il parlais de Oh Love! donc ne pose pas de questions, mais c’était sûrement Kill the DJ maintenant que j’y pense..). BJ voit alors une rue qui semble l’intéresser. “What’s this street? – hm, i don’t know, why? – i don’t know.. it’s your city, you should know! – i know, i know, let’s go see..” Nous traversons, pour voir cette rue, je la reconnais et luis dis qu’il s’agit d’une grande rue de paris avec de luxurieux magasins comme il a du déjà en voir. « Oh ok, let’s go to the hotel then. »

Nous sommes presque arrivés qu’il me sort : “so you’re gonna write about it in your writing class this year, I guess? » Si j’en ai l’occasion, sûrement, c’est ce que je lui réponds avant de préciser que j’ai déjà écris un devoir d’anglais sur lui quand on devait décrire une personne au choix et que je voulais faire original. Je réalise que ça fait extrêmement groupie et m’empresse de lui préciser que “but I’m not being a fangirl!!! », il n’a pas l’air de comprendre. « A what? – fangirl? – hm, what does that mean? – well you know, some fans, especially girls, are like ‘i know two green day songs but I love you SO much, and you’re so handsome!!' », mon imitation le fait manifestement rire, à ma grande joie. « Oh I see » me répond-il. Je pense à lui évoquer le fait qu’ils jouent pas mal de chansons « old school » en ce moment en concert, ce qui est assez cool. Ce à quoi il répond en m’expliquant que c’est compliqué de faire des setlists avec les nouveaux albums car jouer des chansons que le public n’a pas entendues devant 40 000 personnes, c’est pas évident.

Nous arrivons donc devant l’hôtel. je m’empresse de lui demander: “oh can you just sign my dylan ticket? – yep, sure, what’s your name again? – alice. – alice ? – yes.” Je le remercie, lui aussi, il me hug, je lui lance un « enjoy the german tour!” auquel il répond quelque chose comme “yeah, have a good time” ce qui n’a pas beaucoup de sens mais je n’y prête pas tellement attention tellement je suis heureuse. Et puis je n’allais pas lui courir après pour lui demander de répéter.

Ces quelques 15-20 minutes étaient incroyables, discuter avec son héros comme ça c’est pas quelque chose que l’on croit possible, surtout qu’il a été adorable, me complimentant sur mon anglais et s’excusant pour me faire marcher « autant ». Bref, c’est le genre d’expérience que je souhaite à tous les fans!

15 Commentaires sur “Alice raconte sa rencontre avec BJA à Paris”

  1. jordan dit:

    wooooaaaaa la chance moi je ne l’ai jamais vu même en concert et pourtant j’en rêve *_*

  2. Pauline dit:

    Ö trop de chance, le rêve ! J’aurais jamais réussi à rester calme à ta place !

  3. Mirou dit:

    ouai moi aussi!!! la chance!!!

  4. Mirou dit:

    enfin j’aurais garder mon calme mais je ne suis jamais aller les voir en concert!

  5. Candice-Green-Day dit:

    Oh putin, la chance de ouf!!!! J’aurais trop aimer être à sa place!! Sa devait être… magique!! Sérieux elle a trop de chance 😉

  6. Mrs.S. dit:

    Whaow. Le genre de truc qui ne m’arrivera jamais, ce devait être absolument génial. Malgré tout je suis réellement très heureuse pour toi parce que je suppose que tu dois être ravie 🙂

  7. jade_punkette dit:

    Waouw ! Tu as de la chance ! C’est un de mes rêves de rencontrer un membre de Green Day ! En plus, ils ont l’air bien sympathiques ! Je suis très heureuse (et très envieuse ^^) pour toi 😉

  8. kleykley dit:

    Qui peut me dire le nom de l’hotel ou ils étaient ??

  9. Louise J. dit:

    Oh mon Dieu elle a le cul bordé de nouilles !!! C’est inoubliable un truc pareil…

  10. Léna dit:

    J’aurai tellement aimé être à sa place ! Pas sûr que je puisse enchainée trois mots en anglais mais bon ..

  11. Amandine dit:

    OMFG en plus j’étais vraiment pas loin de la ou tu étais je suis dégiutée moi qi les ai pistés pendant 3 jours :'(

  12. paul dit:

    Lachance :ooo

  13. je dit:

    dégouté amandine !!

  14. punkGD dit:

    Bonjour !
    Excusez ma relance de ce post (assez) ancien ^^
    Je ne vous cache pas mon enthousiasme à l’approche du concert le mois prochain et après le départ de la tournée européenne 😀 Je me permets de poster ce commentaire car, ne voyant d’autres moyens de communiquer, je me permets de vous demander quelques informations. Après avoir vu pas mal de photos de fans devant leurs hôtels, à Turin puis Florence, je suis excité comme un enfant la veille de Noël à l’idée de (très supposément) les voir à mon tour, réaliser à mon tour le rêve d’une vie à Paris. pour ce , j’essaye de me renseigner par ci par là… et je pense que ces post me seront les plus utiles. Pourriez vous, par message privé ou boite mail et dans la mesure du possible (je sais la difficile requête que je vous demande), me transmettre un moyen de contacter Alice, ou Alexandre et son amie Coralie qui toutes deux ont pu les rencontrer en aout 2012 ?

    bien cordialement, et veuillez une nouvelle fois excuser le dérangement

    RAGE AND LOVE, Punk_GD

  15. punkGD dit:

    Alexandra *

Laisser un commentaire